C’est du bronze?

LE BRONZE

C’est du bronze?
C’est la question que que la majorité des personnes qui regardent mes sculptures me posent.
Non, ce n’est pas du bronze, mais de la terre, de la glaise, que j’ai modelée, puis cuite, et enfin, patinée.

La grande différence entre le bronze et la terre cuite, c’est que le bronze est la dernière étape d’une terre, cuite ou pas, ou d’un plâtre, etc.
Autre différence également, une terre cuite est un modèle unique, alors qu’un bronze peut-être tiré en plusieurs exemplaires numérotés.
Vous verrez les détails de cette numérotation après les explications sur la fabrication d’un bronze. *
Vous aurez compris qu’il y a quelques différences.
Quand on est sculpteur, ou modeleur, réaliser un bronze d’après une de ses pièces, c’est le rêve ultime, comme on dit: la cerise sur le gâteau!

TECHNIQUE DE FONDERIE

Pour réaliser un bronze, c’est-à-dire la reproduction d’une pièce en terre, plâtre ou autres matériaux, il faut procéder en plusieurs étapes.

Il faut d’abord reproduire la pièce d’origine, c’est-à-dire en faire une copie fidèle, en cire.

Pour cela, il faut réaliser un moule de montage en “Elastomère”, d’après la pièce originale.
Pour définir les différentes parties, il faut faire un“ Plan de joint”.
Ceux-ci sont très importants puisqu’ils permettent d’isoler et de réduire les difficultés de moulage.

Plusieurs procédés sont employés, qui dépendent de la nature du support.
Dans le cas présent, j’utilise le plan de joint en murets, c’est de loin la technique la plus employée et la plus pratique. Elle permet de résoudre toutes les difficultés.

La marche à suivre est la suivante : On « raisonne » le moule en traçant le plan de joint au crayon, on fabrique des bandes de pâte (terre) assez larges, et d’une épaisseur de 3 cm environ.
Attention, celles-ci se déshydratent très vite et se décollent, il faut donc mouler rapidement, ou les garder constamment humides, en vaporisant de l’eau.

Puis, pour maintenir le moule de montage, il faut l’enduire d’une chape en plâtre, afin qu’il soit rigide et qu’on puisse par la suite le manipuler, et y couler de la cire liquide.

Lorsque la pièce est reproduite en cire, il faut monter un système d’alimentation avec des tubes de cire et des évents, pour évacuer le gaz lors de la fonte.
Le gaz est naturellement présent dans l’alliage.
Les tubes de coulée sont les canaux par lesquels le métal en fusion est injecté.
La bonne réussite de la fonte dépend de leur répartition

On doit ensuite enrober le tout, évents et alimentations, d’un revêtement de plâtre spécialement étudié pour résister à des températures supérieures à 1000 °, et qui présente aussi la particularité d’être perméable au gaz.
Lorsque ce dernier est sec, il faut projeter dessus de la chamotte, c’est-à-dire de l’argile, desséchée, sous forme de grains très fins et ce, à plusieurs reprises.
4 à 5 couches si nécessaire, le but étant d’avoir une coque la plus résistante possible, car elle doit recevoir par la suite le métal en fusion, soit 1200 °.

Cette coque doit d’abord être cuite en “décirage”.
La température, de 150°, permet à la cire de fondre doucement, entre 2 et 3 heures.
Celle-ci doit fondre intégralement pour ne laisser que l’empreinte, à l’intérieur.
Cette cuisson dure plusieurs heures pour rendre cette coque réfractaire, c’est-à-dire résistante à une très forte chaleur.

Après cette cuisson, le fondeur verse le bronze, préalablement fondu à très haute température, (on dit alors qu’il est en “fusion”), dans la cavité formée par la disparition de la cire.

Après plusieurs heures de refroidissement, il faut casser la coque (décoche), pour extraire la sculpture.
Les alimentations et évents sont transformés également en métal, et l’on doit donc les enlever.
Commence alors tout le travail d’ébavurage (débarrasser les bavures et défauts), de ciselure (travailler minutieusement les moindres détails), de ponçage (décaper, polir au moyen d’une substance abrasive), et de sablage (projeter un jet de sable fin pour décaper, à l’aide d’un compresseur et d’un pistolet) .

Pour finir enfin par l’ultime étape: la patine.
La patine, est à Cendrillon, la robe de bal qui l’a transformée en princesse.
C’est là que le talent artistique du fondeur va pouvoir s’exprimer à fond.
Car tout ce que l’on vous a expliqué ci-dessus, n’a pour but que d’arriver à ce stade final: colorer, poncer, cirer, bref, donner vie à cette nouvelle oeuvre que l’on appelle, un Bronze.

Sur les photos dans la page “fabrication d’un bronze”, vous verrez dans quel état sort la pièce du four!
Pour les non initiés, c’est assez spectaculaire.
Comment pouvoir imaginer que ce morceau de métal, gris, plein de cendres, et de bouts de métal qui la transpercent de tous côtés, va, un jour, ressembler à une sculpture, belle, colorée, brillante, revêtue de cette patine qui va l’habiller et la faire vivre?

Voila.
J’espère que vous avez à présent une petite idée de ce que représente la fabrication d’un bronze, et de tout le travail accompli pour sa réalisation.

* Législation concernant la catégorie des œuvres d’art originales.
La pièce comporte :
1° La signature ou les initiales du Sculpteur et du fondeur
2° L’année (si portée)
3° L’annotation 1/8 signifie qu’il s’agit de la première œuvre éditée sur les 8 autorisées.
8 pièces sont autorisées(numérotation en chiffre arabe)
4 épreuves d’artistes (E.A), pièces d’essai (numérotation en chiffre romain)
Ces 4 pièces n’entrent pas dans le cadre d’une commercialisation et sont destinées à la famille, au fondeur, aux ayants droits etc…Soit 12 Sculptures au total.
Les pièces notées 1/1 sont uniques et ne sont pas reproduites.

(Tous droits réservés)

2 réflexions au sujet de « C’est du bronze? »

  1. maury
    voila! j’aime ce travail
    j’ai moi même réaliser des bijoux en acier coulé et je trouve l’art et la méthode de la coulure très enrichissante cela me rappelle en plus petit le principe de la prothèse dentaire fixe et appareil en acier
    le principe de la réalisation de la sculpture en cire puis le processus presque similaire de la coulure acier or bronze je sais que cela représentante alors un grand coup de chapeau a cette artiste et chapeau a tout ces sculteurs de talent comme mijo et philippe que j’admire
    maury

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>