Mes cocottes à Rouen

Bonjour,

Dans la vie, tout peut arriver, le meilleur comme le pire.
Pour nous, le meilleur est arrivé récemment.
Nous avons eu la chance de rencontrer un couple d’artistes extraordinaires: Pierre et Jacqueline Falière-Pariot, “Les pas sociables”, comme ils ont signé une de leur toile.
Pas sociables eux? Alors qui le serait?
Plus jeunes qu’eux on ne peut pas trouver.
Si les cheveux de Pierre ont pris la couleur de la neige, qu’ils aiment tellement tous deux regarder sur les collines en face de leur maison, leur esprit a gardé l’exubérance, l’impertinence et l’originalité sans frontière et sans tabou de l’enfance.
Les sculptures de Pierre vous laissent toujours pantois, partagés entre le rire et l’interrogation.
Car elles ont toutes une histoire, que Pierre se fera un plaisir de vous expliquer, pour peu que vous le lui demandiez.
Il faut voir son œil malicieux devant votre air étonné. Il jubile.
Un gosse, je vous l’avais dit.
Pour la peinture, Jacqueline et lui travaillent souvent ensemble, sur le même tableau.
Alors là, ça me bluffe drôlement!
Jacqueline peint de son côté également, en “Suisse”, mais leurs tableaux, seuls ou à deux, se rejoignent, même qualité, même humour, même originalité.
Un couple dans la vie, un couple dans l’art, les “indis-sociables”.
Ils ponctuent leurs tableaux de phrases, de maximes, au hasard de leur état d’esprit au moment de leur conception, mais toujours drôles, souvent iconoclastes, anachroniques, pêchées parmi leurs maîtres à penser, Alphonse Allais, Pierre Dac etc., ou imaginées par eux, suivant leur humeur.
Pourquoi vous parler d’eux me direz-vous, puisqu’en principe ce blog est fait pour parler de moi?
J’y viens.
C’est grâce à eux si j’ai eu le plaisir et l’honneur d’exposer au Salon de Rouen.
Après avoir vu mes toiles, ils m’ont incitée à présenter ma candidature.
Je les ai écoutés, bien m’en a pris, mes cocottes se pavanent au Salon, étonnées et ravies de ce qui leur arrive.
Merci Pierre, merci Jacqueline.
S’ils me le permettent, je vous montrerai quelques unes de leurs œuvres.
Vous ne le regretterez pas, je vous le promet.

Au revoir, à bientôt,

Mijo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.